GESTION DU RISQUE DE CHUTE CHEZ LES AÎNÉS

GESTION DU RISQUE DE CHUTE CHEZ LES AÎNÉS

Selon un rapport de l’Agence de santé publique du Canada publié en 2005, deux Canadiens sur trois de plus de 65 ans sont hospitalisés chaque année suite à une chute.  Ces accidents sont responsables de plus de 90% des fractures de la hanche.  En plus de la hanche, les chutes peuvent causer des fractures du poignet ou encore du bassin.  L’autonomie est précieuse, surtout lorsque nous vieillissons et que notre état de santé nous force à limiter nos activités.  Bien que personne ne soit à l’abri d’une chute, il existe cependant des moyens pour prévenir les blessures.

ZONE SANS DANGER

Près de la moitié des chutes ont lieu à la maison, veillez donc à aménager votre environnement de manière sécuritaire.

AMÉLIOREZ VOTRE FORCE

Des jambes solides vous rendront plus stables et peuvent faire la différence entre rester debout et vous retrouver parfois au sol.  Trouvez un exercice qui vous plaît, qui correspond à votre état de santé et qui sollicite vos jambes.  Quinze minutes d’exercice par jour suffisent pour maintenir une condition physique optimale.  Marcher est excellent pour la santé.  Pourquoi ne pas prendre l’air après le repas, ou le matin pour se réveiller?  La lumière du soleil est une excellente source de vitamines D précieuse pour garder le moral.  La natation, la bicyclette, le tai-chi, le yoga, le golf sont des activités toutes aussi stimulantes tant sur le plan physique et psychologique.

AUGMENTEZ VOTRE ÉQUILIBRE

Votre sens de l’équilibre vous permet de rester stable en position verticale.  Une mauvaise vision de même que certains médicaments et problèmes de santé peuvent occasionner des étourdissements, voir des troubles de l’équilibre.  Voici quelques conseils:

  • Vérifiez votre vue et vos verres de lunettes chaque année
  • Vérifiez l’état de votre ouïe
  • Discutez avec votre pharmacien des effets secondaires potentiels sur votre organisme reliés aux médicaments que vous prenez
  • Consultez un professionnel de la santé si vous ressentez des étourdissements ou des faiblesses

 

GARDEZ VOTRE SANTÉ À L’OEIL

Certains médicaments peuvent affecter vos facultés, votre jugement et votre coordination.  Informez-vous auprès d’un professionnel de la santé.  Vos yeux et vos oreilles vous protègent également contre les chutes en vous mettant en garde contre les risques comme la circulation routière.  Faites examiner votre vision et votre ouïe au moins tous les deux ans, et n’oubliez pas de retirer vos lunettes de lecture lorsque vous marchez et, le cas échéant, de porter votre appareil auditif.

Les problèmes aux pieds, comme les oignons, les callosités, les ongles incarnés et les verrues plantaires peuvent être des causes d’instabilité.  Assurez-vous de porter des chaussures à votre taille, qui sont munies d’un soutien adéquat et d’une semelle anti-dérapante.

LA CHIROPRATIQUE EN PRÉVENTION

Chez les personnes âgées comme chez les plus jeunes, une bonne santé globale est essentielle pour prévenir les accidents et profiter des joies de l’hiver au maximum.  L’activité physique quotidienne renforcera votre résistance musculaire en réduisant vos risques de chute.  Un docteur en chiropratique peut vous aider à analyser vos risques de chute en évaluant votre force et votre équilibre.  Il peut aussi vous recommander des exercices et vous donner des conseils pratiques pour réduire les risques.  Suite à un examen de la condition de votre système neuro-musculo-squelettique (NMS), votre chiropraticien sera à même d’y détecter la présence d’interférences, et d’en rétablir le bon fonctionnement par les soins chiropratiques appropriés.

GESTION DU RISQUE DE CHUTE CHEZ LES AÎNÉS

SOURCES: Association des chiropraticiens du Québec – chiropratique.com – Facebook.com/AssoDesChirosQc – Twitter.com/AssoChiroQc – blogue.chiropratique.com – Association chiropratique canadienne
S COMME SCOLIOSE

S COMME SCOLIOSE

Plus qu’un problème esthétique, une colonne vertébrale qui prend la forme d’un “s” peut s’aggraver à mesure que progresse la croissance et éventuellement entraîner des problèmes de santé.

S COMME SPIRALE

Imaginez un escalier en colimaçon. La scoliose idiopathique est une déformation en 3D de la colonne vertébrale qui est plus susceptible d’apparaître au moment des fortes poussées de croissance, le plus souvent à la puberté.  Selon la gravité de l’affection, la déformation vertébrale occasionne une torsion du rachis plus ou moins importante et les vertèbres se déploient comme les marches autour de l’escalier pour éventuellement y entraîner, à mesure de sa progression, l’ensemble de l’appareil locomoteur (os, tendons, muscles et ligaments, ainsi que le délicat système nerveux!).  La scoliose peut occasionner la déformation du dos, du thorax, de l’abdomen et, dans les cas plus sévères, un affaissement de la cage thoracique et une compression des organes vitaux tels que le coeur et les poumons.  Il est généralement accepté que 85% des scolioses sont d’origine idiopathique, ou de cause inconnue.  Malgré cet état de fait, le facteur héréditaire demeure important à considérer car la scoliose idiopathique est présente également chez d’autres membre de la famille dans 30% des cas selon la Scoliosis Research Society (SRS).

S COMME PROFIL STANDARD

Bien que le Quasimodo de Notre-Dame de Paris ait donné un visage masculin aux difformités spinales, la scoliose est une pathologie qui touche majoritairement les individus de sexe féminin.  La période la plus à risque pour développer une scoliose idiopathique est de 10 à 12 ans chez la jeune fille et de 11 à 13 ans chez le garçon.  Pour de meilleurs résultats, il convient donc que le dépistage soit effectué tout juste avant l’apparition des premiers signes de la puberté!

S COMME SIGNES

Prenez donc quelques instants pour observer la posture de votre enfant.  A-t-il toujours de la difficulté à se tenir droit?  Une bretelle de son sac à dos tombe continuellement?  Il est possible que votre enfant soit atteint de scoliose.  Quelques signes vous mettront sur la piste:

  • Bascule des épaules
  • Omoplate proéminente
  • Taille asymétrique
  • Hanche plus haute
  • Bras plus éloigné d’un côté du bassin
  • Bosse dans le dos (gibbosité) en position penchée

courberadiographie_scoliose_deviationdos

S COMME SOLUTIONS

Les docteurs en chiropratique reçoivent une formation qui leur permet d’évaluer le niveau de gravité d’une scoliose.  Par des ajustements chiropratiques réguliers, qui sont des manipulations vertébrales spécifiques visant à rétablir l’équilibre neuro-musculo-squelettique, ils peuvent arriver à assouplir la colonne vertébrale et à améliorer l’équilibre postural du patient ce qui, dans la majorité des cas, contribue grandement à soulager la douleur.  Des exercices thérapeutiques ciblés visant à renforcer les muscles de soutien de la colonne vertébrale tordue peuvent également être prescrits afin d’aider à stabiliser la progression de l’incurvation de la colonne vertébrale.

S COMME SUIVIS

Puisque la scoliose est une pathologie évolutive, la clé pour de meilleurs résultats en est le dépistage précoce et le suivi régulier.  Vous avez un doute que votre enfant soit affecté d’un scoliose?  Faites-le examiner par un professionnel du système neuro-musculo-squelettique.  Votre chiropraticien sera en mesure de poser un diagnostic chiropratique et de faire une gestion clinique appropriée de la condition de votre enfant.

En aucun cas la scoliose ne devrait être un frein à une vie active et épanouie.  Demandez l’aide de votre chiropraticien.

Source et référence: Association des chiropraticiens du Québec | chiropratique.com | facebook.com/AssoDesChirosQc | twitter.com/AssoChiroQc | blogue.chiropratique.com | Association de la scoliose du Québec | scoliose.org | moisdelascoliose.ca | posturetek.com

S COMME SCOLIOSE

LA HERNIE DISCALE

LA HERNIE DISCALE

Vous est-il déjà arrivé d’éternuer et de ressentir une douleur au bas du dos? Bizarre non? Lorsque vous êtes assis durant une longue période vous ressentez aussi une douleur au bas du dos? Dès que vous sollicitez moindrement les muscles de votre dos, la douleur se fait à nouveau sentir? Et bien, sachez que vous pouvez souffrir d’une hernie discale.

QU’EST-CE QU’UNE HERNIE DISCALE?

Entre chacune des 24 vertèbres de votre colonne vertébrale se trouve un disque intervertebral(à part entre l’atlas et l’axis). Les disques permet- tent le mouvement de la colonne vertébrale, absorbent les impacts et s’assurent que les nerfs périphériques ont assez d’espace pour émerger de la colonne. Le disque est constitué d’un noyau interne d’apparence gélatineuse entouré par un anneau fibreux. Dans son état normal, le disque ne déborde ni vers l’avant, ni vers l’arrière, ni vers les côtés.

Cliquez ici pour en savoir plus

Une solution possible et de haute technologie, la “Décompression discale” est disponible au Centre du Mieux-Être Optimal.  Complémentaire aux soins chiropratiques, elle se veut une approche efficace, précise, sécuritaire et sans douleur!

Apprenez-en plus en cliquant ici