Comment prendre soin de soi l’été

Comment prendre soin de soi l’été

L’été est le moment idéal pour renforcer sa santé! Toutes les conditions gagnantes sont réunies pour vous aider à prendre soin de votre corps. Nous vous donnons ici quelques astuces simples et pratiques que vous pouvez appliquer facilement chaque jour, autant au travail qu’en vacances, pour avoir une bonne santé.

Faire le plein de vitamine D-3 au soleil

Les belles journées chaudes et ensoleillées maximisent notre apport en vitamine D-3. Communément appelée vitamine « soleil » (parce que notre peau en fabrique lorsque nous sommes exposés aux rayons UVB du soleil), la vitamine D-3 est particulièrement efficace pour l’activation du système immunitaire. Elle agit aussi comme un antidépresseur naturel.

Attention toutefois aux coups de soleil et aux coups de chaleur! Privilégiez 15 minutes d’exposition des bras et des jambes au soleil. La peau du visage, quant à elle, est très sensible et ne produit que peu de vitamine D-3, d’où l’importance de la protéger avec un chapeau ou une casquette.

Savourer des fruits et légumes frais

La consommation de produits locaux et saisonniers est une autre excellente façon de prendre soin de son corps. Que ce soit par l’autocueillette de petits fruits ou encore l’achat de produits frais au kiosque de fruits et légumes du coin, on apprécie grandement les récoltes des producteurs de chez nous.

En plus d’encourager l’achat local, le fait de manger des fruits et légumes frais du jour augmente votre apport quotidien en fibres alimentaires ainsi qu’en vitamines et minéraux. Et bonne nouvelle : tous les fruits et légumes sont bénéfiques pour la santé! Amusez-vous à varier les couleurs pour une alimentation riche et diversifiée cet été.

Et surtout, ne vous en faites pas trop avec les petits excès ici et là : la règle des 80/20 (manger sainement 80% du temps et se faire plaisir les 20% restants) est la clé!

Aller dehors pour bouger

Qui dit été dit activités et sports à l’extérieur! Sortez pour nager dans la piscine, jouer au volleyball, au soccer ou simplement marcher. C’est bien connu : les adultes devraient viser 30 minutes par jour d’activité d’intensité modérée pour obtenir des bienfaits sur leur santé, ce qui peut aller jusqu’à 22 kms de marche par jour. Comme il est beaucoup plus facile et motivant de bouger l’été, faites-en une habitude.

L’activité physique en général diminue le stress et la fatigue. Source d’énergie, elle stimule la proprioception, c’est-à-dire l’ensemble des informations nerveuses transmises au cerveau permettant la régulation de la posture et des mouvements du corps (notamment pour réduire les risques de chute chez les personnes âgées). Vous vous sentirez rapidement en meilleure forme, avec plus de tonus et de vitalité!

L’été, c’est fait pour jouer

Et il n’y a pas d’âge pour en profiter! Alors, sortez dehors, bougez et mangez de bons produits locaux de nos agriculteurs pour prendre soin de vous cet été. Votre corps vous en remerciera!

Zoom sur l’arthrose!

Zoom sur l’arthrose!

Zoom sur l’arthrose!

Dans un de nos articles publiés dans les derniers mois, nous avions abordé le sujet de l’arthrose et démystifier quelques mythes qui y sont associés. Nous avions expliqué les différences entre l’arthrite et l’arthrose ainsi que les traitements à prioriser pour cette dernière. Dans cet article, nous irons un peu plus loin dans le thème de l’arthrose, en partant des causes pouvant la provoquer, de ses différentes phases, des conséquences de cette affection ainsi que des pistes de solution pour freiner sa dégénérescence. 

L’arthrose en long et en large

L’arthrose est l’effet d’un désalignement des articulations. Un désalignement articulaire, tant qu’à lui, est une faute mécanique diagnostiquée comme un complexe de la subluxation vertébrale, et ce, seulement lorsque le désalignement est situé dans la colonne vertébrale. Toutes les zones articulaires du corps peuvent être touchées par l’arthrose. Leur désalignement, leur déplacement partiel ou complet ou leur manque de mobilité provoque alors une dégénérescence de la structure articulaire (os, cartilages, tendons disques), ainsi qu’un assèchement (manque de liquide synovial et d’eau) de cette dernière, ce qui peut devenir très douloureux. 

Les symptômes à surveiller par rapport à l’arthrose sont la perte de la mobilité et/ou de la force, une sensation d’élancement, de chaleur ou de gonflement, puis de l’inflammation d’une ou de plusieurs de nos articulations. Les causes responsables de cette affection peuvent être des macro-traumatismes (accidents de moto, d’auto, de travail, chutes, blessures sportives, processus de naissance, mouvements répétitifs), des microtraumatismes (la sédentarité, être assis plus de 2 heures par jour, avoir une mauvaise posture, subir du stress ou avoir une alimentation malsaine) ou encore une malformation d’une articulation à la naissance.

Il existe plusieurs phases d’évolution de l’arthrose. Lorsqu’en pleine santé, une articulation possède un disque intervertébral bien épais, la forme des vertèbres est bien maintenue, et surtout, il y a assez d’espace pour la racine nerveuse. La première phase de l’arthrose, quant à elle, peut arriver assez tôt dans la vie suite à l’apparition d’une faute mécanique, jusqu’à environ 20 ans suivant celle-ci. L’articulation se voit alors plus asséchée, le disque plus affaissé et le trou de conjugaison devient alors plus petit. Souvent, il n’y a pas de symptômes associés à cette première phase. Par contre, lorsque le corps continue de dégénérer parce que la faute articulaire n’a pas été réparée (comme une paire de pneus qui est désalignée sur une voiture, par exemple), il y a un problème au niveau du corps humain (comme il pourrait y en avoir un au niveau de la voiture). Par la suite, la phase 2 survient entre 20 ans et 40 ans suivant la faute articulaire. On remarque alors plus de douleurs articulaires et c’est souvent à ce moment que l’arthrose est diagnostiquée (à l’aide d’une radiographie). S’il n’y a pas d’intervention, les problèmes peuvent empirer et atteindre la phase 3 de la dégénérescence, qui se situe dès 40 ans ou plus suite à la faute mécanique. Lors de cette phase, les problèmes et douleurs articulaires sont décuplés et on retrouve des problèmes de santé dans la fonction neurovertébrale. 

Lorsque la présence d’arthrose est diagnostiquée, d’une manière ou d’une autre, il faut agir rapidement. En effet, il est possible de ralentir la dégradation des articulations en réalignant ces dernières, ce qui consiste en un domaine d’expertise pour les chiropraticiens. D’ailleurs, ces derniers comparent l’arthrose à des caries dentaires, et c’est pour cette raison qu’ils surnomment cette affection la carie articulaire. Tout comme une carie dentaire, il est possible de traiter l’arthrose et d’en freiner sa progression.

Les conséquences de l’arthrose

Le désalignement a un effet sur le corps, l’articulation et le cerveau. En effet, le changement de l’activité des mécanorécepteurs de l’articulation vient affaiblir la musculature autour de celle-ci, ce qui cause une dégradation  des tissus (ligaments, disques, tendons, surfaces articulaires, tissus nerveux, etc.), en plus de les déformer et de les assécher. Avec le temps, ce désalignement affecte la capacité motrice et cause des limitations acquises qui auraient pu être évitées si elles avaient été réalignées. Cela peut causer des névralgies (symptômes) de toutes sortes, telles que des raideurs, de la douleur et un manque de mobilité dans les articulations, par exemple.

Le changement de l’activité des mécanorécepteurs vient changer l’activité cérébrale, (circuit spino-cerebello-thalamo-cortico-strateo-cortical). Puisque le cerveau reçoit moins de stimulation, des zones du cerveau deviennent inutilisées, ce qui cause, entre autres, une diminution de la cartographie des membres du corps, donc le fait que le cerveau ne sait plus précisément où il est dans l’espace. L’articulation affaiblie recevant moins de support du cerveau se blesse alors plus facilement, car le cerveau n’arrive pas à faire les corrections positionnelles pour la garder dans le plan articulaire santé.

Lorsque l’articulation ne bouge plus adéquatement, les récepteurs qui sont activés par le mouvement et la gravité terrestre se retrouvent à ne plus pouvoir créer l’activité de neuroplasticité, ce qui résulte en une diminution de capacité de générer le potentiel électrique (influx nerveux) et qui, par la suite, réduira la demande aux gênes de produire les protéines nécessaires pour l’action qui est sollicitée (le mouvement volontaire et/ou réflexe de l’articulation, tel que le mouvement de marcher).

Comment traiter l’arthrose?

Bien qu’elle n’est pas complètement réparable, de nombreux moyens sont suggérés pour traiter l’arthrose. D’abord, il faut prendre le temps de réaligner les articulations ayant bifurqué, ce que les chiropraticien(ne)s peuvent facilement faire à l’aide de plusieurs méthodes, telles que la décompression discale (avec les machines Spinemed), l’ajustement manuel ou assisté par un instrument, en plus d’exercices de réhabilitation, d’étirements et de renforcement. Puis, cette affection étant souvent reliée aux habitudes de vie d’un individu, il est indispensable de se questionner sur ces dernières. La posture, le sommeil ainsi qu’une alimentation saine sont des éléments à considérer et pouvant être assistés de manière récurrente par un(e) professionnel(le). Bien sûr, les suivis réguliers sont à prioriser afin de s’assurer que les bienfaits des traitements demeurent. Puis, si vous avez un accident, et ce, de quelque manière que ce soit, ne tardez pas à vous faire vérifier par un(e) professionnel(le) rapidement, pour ainsi éviter de gros problèmes dans le futur.

Il est à savoir que la médication, bien qu’elle a le pouvoir de camoufler la douleur, ne permet pas de réaligner les articulations endommagées. C’est pourquoi il est proposé de consulter un(e) chiropraticien(ne) qui sera équipé(e) du savoir ainsi que des outils nécessaires pour favoriser le réalignement des articulations atteintes ainsi que de saines habitudes de vie. 

L’équipe de la clinique chiropratique du Centre du Mieux-Être Optimal est disponible pour répondre à toutes vos questions et vous offrir les traitements adéquats pour l’arthrose. N’hésitez surtout pas à planifier une rencontre avec Dre. Laliberté ou  Dr. Moreau pour un accompagnement personnalisé et en toute sécurité!

La santé au cœur des activités printanières

La santé au cœur des activités printanières

Le retour des activités printanières

Le beau temps est de retour, ce qui veut dire que les activités extérieures le sont aussi! Si vous êtes comme nous, vous êtes déjà prêts à entamer plusieurs de vos activités favorites de la saison chaude, que ce soit le golf, la balle molle, le dek hockey, le vélo, la course à pieds, le jardinage, et même le grand ménage intérieur et extérieur du printemps! Ce qui est certain, c’est qu’il y en a pour tous les goûts!

Quels problèmes peuvent en dériver?

Puisque notre corps n’a probablement pas été habitué d’effectuer certains mouvements pendant plusieurs mois, il peut trouver le retour à ces types d’exercices un peu plus difficile. Il est donc normal que vous éprouviez certains problèmes suite à la reprise de vos activités printanières. En effet, elles pourraient éveiller certaines courbatures ou même amplifier des problèmes qui auraient hiberner. Vous pourriez aussi ressentir de la fatigue musculaire ou subir des blessures articulaires, discales, ligamentaires, ou alors des irritations neurologiques qui auraient un impact direct sur votre bien-être.

Quoi faire pour se remettre sur pieds?

Si une telle situation vous arrive, sachez que vous pouvez faire traiter le problème. Premièrement, nous vous conseillons d’aller obtenir une évaluation de votre condition, par votre chiropraticien(ne), par exemple. Par la suite, l’expert(e) pourra déterminer quel traitement prioriser, que ce soit une vérification plus en profondeur, ou bien un réalignement d’une articulation quelconque. Sachez donc que, si vous veniez à vous blesser lors d’une activité printanière, nous serons là pour l’adresser et pour vous aider!

Pour toutes questions concernant ce sujet ou votre condition, n’hésitez pas à nous contacter dès maintenant! 

Références :

The Wellness Practice (Dr. James Chestnut)
Dr Bruce Lipton (Épigénétique)
CBP Chiropractic Biophysics (Dr. Deed Harisson)
Carrick Institute

L’importance de l’activité sur notre système nerveux

L’importance de l’activité sur notre système nerveux

L’être humain est de plus en plus confronté au stress et à l’anxiété, et ce, de manière quotidienne. Le train de vie de la société occidentale, celui recherchant toujours plus de productivité au détriment de la santé mentale et physique, nuit de plus en plus. C’est pourquoi de nombreuses solutions sont apportées pour tenter de réduire ce trop-plein de stress continuel. Parmi ces différentes solutions se trouve l’activité physique, qu’elle soit proposée sous formes d’entraînements intensifs ou modérés, qui, eux, amènent aussi à bouger notre corps d’une quelconque façon. 

Pourquoi intégrer le mouvement à notre routine nous permettrait d’obtenir plus d’énergie pour terminer nos journées? Parce que notre cerveau (et pas juste notre estomac!) a besoin d’être nourri, que ce soit au niveau de l’alimentation en tant que tel ou au niveau de l’influx nerveux (proprioception). Pour ce faire, il faut bouger. 

Quel est le rôle des mécanorécepteurs?

Les mécanorécepteurs sont des capteurs de mouvement présents dans les articulations de notre corps. Ils sont activés par le mouvement et associés à l’effet de la gravité terrestre. Comment leur nom l’indique, ils reçoivent l’information de la position de l’articulation dans l’espace, produisant ainsi un message allant tout droit vers le cerveau. 

Ces récepteurs se retrouvent dans nos muscles, dans nos tendons et dans nos ligaments, mais plus spécifiquement dans la base de notre crâne, au niveau de nos premières vertèbres cervicales, ainsi qu’à la base de notre dos (région sacrale).

Les effets de l’activité sur notre système nerveux

On peut parler d’activité lorsqu’une partie de notre corps est mise sous tension, par le biais du mouvement et/ou de l’étirement. L’activité physique envoie des signaux dans la colonne vertébrale (moelle épinière), tout en venant éveiller les fonctions cérébrales. En effet, le mouvement de la colonne vertébrale génère 90% de la stimulation et de la nutrition de celui-ci. Le cerveau étant une source archi-importante d’activité neurologique, il est bien important de le nourrir par le mouvement de notre colonne vertébrale. 

Ensuite, il faut savoir que tout ce qui a trait à notre système neurologique a tout autant un lien avec notre système nerveux. Ce dernier est connu comme étant le circuit électrique du corps, où le cerveau fait office d’ordinateur. En fait, 75% de notre cerveau sert à recevoir de l’information de l’environnement, et ce, par le biais de signaux passant à travers la colonne vertébrale, le cerveau, le thalamus et le cortex opposé, pour se diriger vers le cortex pariétal. Puis, le cortex frontal amène l’action. 

Si nos articulations ne sont pas stimulées tous les jours et que notre mobilité est très réduite, le cerveau ne peut pas recevoir l’activité neurologique et proprioceptive (capacité d’être capable de se déplacer dans l’espace sans utiliser les autres sens). Donc, le cerveau ne peut pas orchestrer adéquatement les fonctions du corps. C’est ainsi que des symptômes ou faiblesses peuvent se manifester, car une colonne figée équivaut à des mécanorécepteurs non stimulés.

C’est pourquoi il est plus qu’important de bouger par le biais de nos activités préférées, tout en s’assurant que l’articulation est bien mobile (suivi chiropratique régulier). Dans notre dernier guide, nous vous proposons plusieurs moyens pour développer de bonnes habitudes de vie à cet égard, ce qui permettra de maximiser le mouvement et fera en sorte que votre colonne vertébrale ait énormément moins de chance de devenir fixe. 

L’influence de la gravité

Comme mentionné un peu plus haut, la gravité influence l’activité du cerveau en stimulant les récepteurs de notre corps, et ce, depuis notre tendre enfance. De 0 à 2 ans, l’enfant vit son développement moteur. À ce moment, l’effet de la gravité terrestre lui permet de compléter le développement de son cerveau, et donc de se tenir sur deux pieds. Par la suite, l’enfant a besoin de la gravité pour continuer son développement. Conséquemment, le mouvement, étroitement lié aux mécanorécepteurs, est associé à la gravité terrestre.

Pour en savoir plus

En bref, pour stimuler nos mécanorécepteurs de manière positive, nourrir notre cerveau et donc entretenir une saine santé mentale et physique, il faut prendre le temps de bouger notre corps! Prenez rendez-vous avec Dre Laliberté ou Dr. Moreau pour discuter davantage de ce sujet fascinant. 

Prenez note que chaque personne est différente et nous vous conseillons donc de parler à votre chiropraticien(ne) de tout changement que vous souhaitez apporter à votre routine.  Finalement, n’oubliez pas, c’est par des petits pas au quotidien qu’on peut se permettre d’évoluer et de se sentir mieux dans notre vie!

Références :

The Wellness Practice (Dr. James Chestnut)

Dr Bruce Lipton (Épigénétique)

CBP Chiropractic Biophysics (Dr. Deed Harisson)

Carrick Institute

L’exercice physique au cœur de votre quotidien

L’exercice physique au cœur de votre quotidien

Suite à la lecture de nos plus récents articles, vous savez maintenant que l’épigénétique, soit l’ensemble des habitudes de vie venant stimuler les gênes de notre corps, pour ensuite les programmer par l’entremise d’actions concrètes et quotidiennes, peut se traduire dans différents contextes au sein de votre vie. En effet, vous aurez compris que des habitudes saines entretenues chaque jour amènent conséquemment des réactions positives de votre corps, et vice versa. 

Ce mois-ci, nous souhaitions aborder le sujet de l’épigénétique sous un nouvel angle, soit celui de l’importance de l’exercice physique au quotidien. Ce n’est certainement pas la première fois que vous voyez cette information, mais nous savons autant que vous que c’est définitivement plus facile à dire qu’à faire. Nous pensons toutefois que de vous partager les différents aspects démontrant l’importance de l’activité physique sous un œil chiropratique pourrait apporter de nouvelles informations dans votre coffre à outils, et peut-être même vous motiver à vous y commettre plus régulièrement! 

La chiropratique et le bien-être

Votre bien-être pourrait s’améliorer du tout au tout grâce aux soins chiropratiques. Pourquoi? Parce que la mobilité de la colonne vertébrale est essentielle pour votre santé globale. Votre chiropraticien(ne) est la personne la mieux placée pour effectuer ce type de traitement, et des exercices physiques réguliers sont recommandés pour reprendre, maintenir et optimiser le niveau de santé de votre colonne vertébrale. Lorsque celle-ci est bloquée ou fixée d’une quelconque façon, elle se doit d’être déverrouillée afin qu’elle puisse retrouver sa souplesse. Les soins chiropratiques sont d’ailleurs prescrits pour inclure des exercices physiques, car le mouvement stimule la vie. 

L’activité physique, une habitude à cultiver chaque jour

22 kms de marche par jour (sous forme de toutes sortes d’exercices), c’est ce que l’humain est supposé devoir accomplir (The Wellness Practice). Bien sûr, de multiples obstacles viennent freiner ce but dans la routine quotidienne, que ce soit le fait qu’une grande majorité de la population travaille dorénavant derrière l’ordinateur presque toute la journée, que la proportion d’énergie mentale utilisée comparativement à celle de l’énergie physique dans une journée démontre deux extrêmes, et que les mesures de confinement présentes en ce moment nous font rarement sortir de la maison. Toutes ces raisons, et bien d’autres, font en sorte que les exercices physiques sont d’autant plus importants aujourd’hui qu’ils l’ont été auparavant!

Quels exercices choisir?

Il est important d’équilibrer les types d’exercices qui nous feront bouger un peu tous les jours. Il est en effet aucunement nécessaire de faire des entraînements intenses au quotidien, il faut donc alterner ces exercices à intensité élevée avec ceux d’intensité modérée ou plus faible dans notre routine hebdomadaire. 

Les exercices d’hygiène neurovertébrale à prioriser tous les jours seraient les étirements, que l’on peut faire individuellement, ou lors de séances de yoga, ou de pilates. En plus, ces pratiques forment un tout-en-un avec les habitudes de vie saines que nous vous avons présentées dans notre tout dernier article, telle que la méditation, par exemple! À prioriser tous les jours, comme le fait de se brosser les dents! 

Le cross-fit, la marche à pied et la course à pied, quant à eux, sont non seulement très bons pour votre santé cardiovasculaire, mais aussi pour votre santé neurovertébrale.

Puis, d’autres exercices de musculation permettent de maintenir une stabilité au niveau de la colonne vertébrale. Dans cette catégorie, on retrouve tous les exercices impliquant de soulever son propre poids, tels que les push-ups, les chin-ups, les fentes, les squats, la planche, et d’autres exercices de proprioception (sur un demi-ballon, par exemple) ou engageant la ceinture abdominale, aussi appelée le core.

Pour en savoir plus

D’ailleurs, il est intéressant de savoir que les traitements chiropratiques aident à la coordination de notre corps. Des études démontrent que, lorsque la colonne vertébrale n’est pas parfaitement alignée, le cerveau reçoit alors de mauvais signaux quant à cette dernière, mais reçoit aussi de mauvais signaux quant aux mouvements faits par les bras et les jambes. Cela signifie donc que des soins chiropratiques pourraient vous aider à être moins maladroit(e)s! Cette idée s’explique par le fait que le cerveau devient plus attentif à vos bras et vos jambes (mêmes les yeux fermés!) lorsque vous recevez des traitements chiropratiques. Les ajustements peuvent donc vous permettre une meilleure coordination lors de vos activités physiques.

Pour toutes questions ou demandes de rendez-vous, n’hésitez pas à communiquer avec notre équipe! Dre Laliberté et Dr Moreau se feront un plaisir de discuter avec vous.

Prenez note que chaque personne est différente et nous vous conseillons donc de parler à votre médecin de tout changement que vous souhaitez ajouter à votre routine.  Finalement, n’oubliez pas, c’est par des petits pas au quotidien qu’on peut se permettre d’évoluer et de se rapprocher d’une routine d’activité physique motivante, stimulante et efficace!

Références :

Haavik Research

The Wellness Practice (James Chestnut: exercices d’hygiène neurovertébrale)

Dr Bruce Lipton (épigénétique)

CBP Chiropractic Biophysics (Dr. Deed Harisson)

Des pensées et habitudes qui attirent le bien-être!

Des pensées et habitudes qui attirent le bien-être!

Au cours des derniers mois, nous avons abordé le sujet de l’épigénétique, soit l’ensemble des habitudes de vie venant stimuler les gênes de notre corps, pour ensuite les programmer par l’entremise d’actions concrètes et quotidiennes. Si ces actions sont portées à être entretenues dans un mode de vie sain, les réactions de notre corps s’en verront donc optimisées. Et tout ça, pour votre bien-être, autant physique que mental.

En ce mois froid où la dépression saisonnière cogne à plusieurs portes, il faut doublement prendre soin de soi. D’autant plus que les mesures de confinement actuelles au Québec n’aident pas à la santé mentale. C’est pourquoi nous souhaitions vous partager quelques-unes de nos astuces pour cultiver des pensées et des états d’être positifs dans notre quotidien.

Les 10 qualificatifs d’un être humain en santé

Tout d’abord, nous vous invitons à consulter un de nos plus récents articles pour découvrir en détails quels sont les 10 qualificatifs qui démontrent qu’un être est en santé, selon la prestigieuse communauté The Wellness Practice. Si la majorité de ces qualités se retrouvent dans votre vie, vous êtes sur la bonne voie! Sinon, que pouvez-vous faire pour vous sentir mieux?

Bien se sentir émotivement

Les émotions régissent les états d’être. Afin d’être au meilleur de sa forme le plus souvent possible, quelques trucs (se trouvant aussi sur le site ainsi que dans le livre The Wellness Practice) nous font du bien et se doivent d’être partagés. Que ce soit de méditer de 10 à 15 minutes selon la forme qui nous convient, de s’hydrater avec 1,5 à 3 litres d’eau par jour selon notre activité physique et/ou notre profession, de consommer quelques suppléments (oméga-3, probiotiques, vitamines D-3, zinc) pour pallier à certaines carences de notre alimentation, ou bien dormir pendant environ 8 heures, soit la moyenne requise pour la majorité de la population, de nombreuses pratiques de la vie courante ont un énorme effet sur notre santé mentale et sur nos émotions.

Les habitudes globales à prioriser

Tout part de bonnes habitudes. En effet, une nouvelle habitude peut sembler difficile à incorporer dans sa routine, mais tenez bon pendant 21 jours, et elle fera partie de votre quotidien! Pour des états d’être positifs et bénéfiques, adoptez des habitudes positives qui nourriront votre bonheur. Des actions quotidiennes qui créeront du eustress (bon stress développant, par exemple, des sentiments heureux, d’ambition, de créativité, et de désirs de relations saines avec les autres), en plus de vous apporter d’énormes sentiments de satisfaction. Nous aimons beaucoup utiliser l’expression « être en amour » avec nos choix quotidiens, avec ce qu’on décide de faire de notre précieux temps et donc, d’être en amour avec nous-mêmes. C’est en prenant soin de soi qu’on peut prendre encore plus soin des autres. Et pour prendre soin de vous en ces temps incertains, on vous propose de :

  • Écrire : Choisissez une certaine journée et, dès la première heure, commencez à noter ce qui vous vient le plus souvent en tête, ce qui prend beaucoup de place dans votre esprit. Répéter l’exercice pendant 10 minutes à chaque heure, et méditez. Demandez-vous si ces pensées concordent avec ce que vous voulez vivre réellement, si elles sont en harmonie avec vos valeurs et vos attentes envers votre propre vie.
  • • Prendre action : Si vos pensées et actions du moment ne concordent pas avec vos désirs, prenez action. Visualisez-vous au centre de votre vie de rêve, et permettez-vous de ressentir les émotions qui auraient lieu dans ces situations.
  • • Pratiquer la cohérence cardiaque : On vous propose d’aller lire davantage sur le sujet, car cette simple pratique peut changer le cours d’une journée! La cohérence cardiaque est une façon plus lente de respirer, ce qui permet d’enclencher le système parasympathique du corps régissant le bonheur, la réparation, le repos, le calme et la sécurité, au lieu de se sentir en mode de survie et de protection (et donc en sensation de stress ou de détresse). L’application RespiRelax+ permet de pratiquer cette méthode pendant 5 minutes. Les bienfaits en sauront aussitôt ressentis!

Manifestez l’état émotif que vous souhaitez

La pensée est la nourriture du cerveau, l’émotion est la nourriture du corps. Pour que les pensées provoquent des émotions positives, il est possible de les diriger. Puis, ce qui est si intéressant, c’est que l’émotion a une importance sur la façon dont votre corps s’exprime. Rappelez-vous que des émotions positives apportent des événements positifs, et l’énergie négative risque d’apporter des événements ou des personnes de ce type dans votre vie. C’est en affirmant ce que vous voulez réellement que votre subconscient travaillera pour le manifester. Pour faire émerger une sensation, cette dernière doit trouver naissance dans un ou plusieurs de nos 5 sens, soient le goût, l’odorat, la vision, l’écoute et le ressenti. Il faut être capable de se positionner comme si l’événement désiré était déjà arrivé, car il faut savoir que le cerveau ne perçoit pas la différence entre la réalité et l’état de conscience dans lequel on le met. Pour en savoir plus sur le sujet, nous vous proposons de consulter les travaux du docteur Joe Dispenza sur la manifestation des pensées et des émotions. Créer son propre bonheur est positif pour votre corps et votre esprit. C’est tout à fait santé!

Pour en savoir plus

Le sujet vous intéresse? N’hésitez pas à communiquer avec Dre Laliberté, chiropraticienne, ou Dr. Moreau, chiropraticien, pour discuter de vos besoins et de votre bien-être!

Sachez aussi que chaque personne est différente et nous vous conseillons donc de parler à votre médecin de tout changement que vous souhaitez ajouter à votre routine. Finalement, n’oubliez pas, c’est par des petits pas au quotidien qu’on peut se permettre d’évoluer et de se rapprocher d’un bien-être global!

Références :

bit.ly/3piQpVv (The Wellness Practice)

bit.ly/39kRhTU  (La cohérence cardiaque)

bit.ly/39muOWu (RespiRelax+)

bit.ly/39HB6QK (Joe Dispenza)