Démystifier l’arthrose

Démystifier l’arthrose

Selon le Ministère de la Santé et des Services sociaux, « en 2013-2014, au Québec, 10,5 % des personnes âgées de 15 ans et plus ont reçu un diagnostic d’arthrite ou d’arthrose. Cette proportion augmente de manière importante avec l’âge. Elle est au moins 2 fois plus importante dans le groupe d’âge de 65 ans et plus que dans le groupe de 45 à 64 ans ». De plus, ces deux affections sont davantage prépondérantes chez les femmes que chez les hommes de ces tranches d’âge. (MSSS, 2018) Bien qu’elles soient souvent abordées comme étant des synonymes, il est important de considérer l’arthrite ainsi que l’arthrose comme deux entités distinctes.

Qu’est-ce que l’arthrose?

L’arthrose est l’effet d’un désalignement des articulations. Toutes les zones articulaires du corps peuvent être touchées. Leur désalignement provoque une dégénérescence de la structure articulaire (os, cartilages, tendons disques), ainsi qu’un assèchement (manque de liquide synovial) de cette dernière, ce qui peut devenir très douloureux. Les symptômes à surveiller, quant à eux, sont la perte de la mobilité et/ou de la force, une sensation d’élancement, de chaleur ou de gonflement, puis de l’inflammation d’une ou de plusieurs de ces articulations. Les causes responsables de cette affection peuvent être des macrotraumatismes (accidents, chutes, mauvaise posture, processus de naissance, mouvements répétitifs), des microtraumatismes (toutes formes de stress, habitudes de vie malsaines) ou encore une malformation d’une articulation à la naissance.

Lorsque la présence d’arthrose est supposée, d’une manière ou d’une autre, il faut agir rapidement. En effet, il est possible de ralentir la dégradation des articulations en réalignant ces dernières, ce qui consiste en un domaine d’expertise pour les chiropraticiens. D’ailleurs, ces derniers comparent l’arthrose à des caries dentaires, et c’est pour cette raison qu’ils surnomment cette affection la carie articulaire. Tout comme une carie dentaire, il est possible de traiter l’arthrose et d’en freiner sa progression.

Les traitements pour l’arthrose

Bien qu’elle n’est pas complètement réparable, de nombreux moyens sont suggérés pour traiter l’arthrose. D’abord, il faut prendre le temps de réaligner les articulations ayant bifurqué, ce que les chiropraticien(ne)s peuvent facilement faire à l’aide de plusieurs méthodes, telles que la décompression discale, l’ajustement manuel ou assisté par un instrument, en plus d’exercices de réhabilitation, d’étirements et de renforcement. Puis, cette affection étant souvent reliée aux habitudes de vie d’un individu, il est indispensable de se questionner sur ces dernières. La posture, le sommeil ainsi qu’une alimentation saine sont des éléments à considérer et pouvant être assistés de manière récurrente par un professionnel. Bien sûr, les suivis réguliers sont à prioriser afin de s’assurer que les bienfaits des traitements demeurent.

À savoir que la médication, bien qu’elle a le pouvoir de camoufler la douleur, ne permet pas de réaligner les articulations endommagées. C’est pourquoi il est proposé de consulter un(e) chiropraticien(ne) qui sera équipé(e) du savoir ainsi que des outils nécessaires pour favoriser le réalignement des articulations atteintes ainsi que de saines habitudes de vie.

L’arthrose vs l’arthrite

Tel que mentionné par l’Institut Biron, « l’arthrose et l’arthrite sont deux affections très fréquemment confondues, souvent en raison de la famille de pathologie à laquelle elles appartiennent, soit celle des rhumatismes. L’arthrose est une affection dite mécanique qui se caractérise par l’usure graduelle du cartilage des articulations. Le vieillissement est le facteur de risque le plus courant de l’arthrose. L’arthrite, quant à elle, n’est pas causée par l’usure normale des os. Il s’agit plutôt d’une inflammation, qui engendre la sécrétion de substances détruisant graduellement la structure de l’articulation. Elle peut être d’origine infectieuse, génétique ou métabolique » (Quelle est la différence entre l’arthrose et l’arthrite?, Dre. Hélène Huot, Biron, 2020) De manière plus imagée, on peut comparer l’arthrite avec des pacmans qui se nourrissent des articulations. C’est pourquoi cette affection est différente à traiter que l’arthrose pour soulager, ou même neutraliser, les douleurs.

Où se faire traiter?

L’équipe de la clinique chiropratique du Centre du Mieux-Être Optimal est disponible pour répondre à toutes vos questions concernant l’arthrose. N’hésitez surtout pas à planifier une rencontre avec Dre. Laliberté ou Dr. Moreau pour un accompagnement personnalisé et en toute sécurité!

Références :

https://www.chiromieuxetre.com/arthrite-et-arthrose/

https://www.biron.com/fr/centre-du-savoir/parole-de-specialiste/arthrose/

https://www.msss.gouv.qc.ca/professionnels/statistiques-donnees-sante-bien-etre/statistiques-de-sante-et-de-bien-etre-selon-le-sexe-volet-national/taux-de-prevalence-de-l-arthrite/

Tout pour un sac à dos optimal!

Tout pour un sac à dos optimal!

La rentrée 2020 en est une qui aura certainement marqué les esprits. Chacun a dû s’adapter aux nouvelles mesures adoptées en ce temps de pandémie, mais ce qui n’a pas changé, c’est le port du sac à dos par les élèves du primaire, du secondaire, du cégep, et même de l’université!

En effet, les sacs à dos sont indispensables au quotidien et, malgré leur teneur pratique, ils peuvent malheureusement contribuer à certaines blessures au niveau de la colonne vertébrale, du cou, des épaules ou de la tête de celui ou celle qui le porte. Dans cet article, on vous propose des trucs et astuces de l’Association des chiropraticiens du Québec pour le choix, le contenu, le port et les ajustements de son sac à dos.

Quel est le sac à dos idéal?

Plusieurs éléments sont à considérer lorsque vient le temps de se procurer un nouveau sac à dos, que ce soit pour soi-même ou pour son enfant. En ce qui a trait à la composition, ce dernier devrait être fabriqué de matières résistantes, mais d’un poids léger. Bien sûr, il faudrait s’assurer que la grosseur du sac soit adaptée à notre taille ou à celle de notre tout(e)-petit(e). Les bretelles, quant à elles, devraient être rembourrées et ajustables, avec une largeur d’environ deux pouces. Le derrière du sac devrait aussi être coussiné et plusieurs pochettes et compartiments devraient être disponibles pour favoriser un poids qui sera le plus équitable possible. Puis, on devrait prioriser les sacs où des ceintures sont ajoutées à la hauteur des hanches et du torse.

Que doit contenir notre sac à dos?

Remplir le sac à dos est un art en soi. Il faut savoir amener tout ce qui pourrait être utilisé, sans en mettre trop, sans quoi le poids du sac deviendrait inconfortable. Pour les enfants du primaire, on estime que le poids du sac devrait équivaloir à 10% de leur poids, et pour les jeunes du secondaire, à 15% de celui-ci. En gros, le sac devrait être rempli d’éléments nécessaires pour une seule journée seulement, en choisissant des éléments assez légers et en répartissant le poids de manière égale des deux côtés. Ce qui est conseillé, c’est que les objets les plus lourds (livres, cartables, etc.) soient adossés près du corps de la personne et que les objets plus pointus (ciseaux, compas, etc.) visent l’extérieur du sac. Finalement, les objets les plus utilisés devraient être facilement accessibles pour économiser temps et énergie.

Quelle est la meilleure manière de mettre son sac à dos?

Dans le meilleur des mondes, un sac à dos devrait s’enfiler à partir d’une surface qui se trouve à la hauteur des hanches de la personne qui le porte. On enfile doucement une bretelle à la fois et attachons les ceintures du torse et des hanches si le sac en est équipé. Mettre son sac sur une épaule seulement n’est pas une bonne idée, car cette technique provoque un déséquilibre du corps non favorable. S’il n’est pas possible de mettre son sac à partir d’une surface assez haute, on conseille de se pencher vers le sol en gardant le dos droit et en pliant seulement les genoux pour que les jambes représentent la partie du corps qui requière le plus de force.

Quels sont les meilleurs ajustements pour son sac à dos?

Lors de votre choix de sac à dos, assurez-vous que ce dernier puisse facilement être ajusté. Chaque personne a un corps différent et mérite de porter un sac à dos adapté à sa silhouette. Les bretelles, elles, doivent être accordées de manière à ce que le sac ne dépasse pas les épaules, ni les hanches, tout en évitant que la personne sente un inconfort sous ses bras. Une main devrait pouvoir passer entre le sac et le dos, puis les sangles de rapprochement du sac devraient être positionnées pour que le poids du sac se rapproche du dos. De plus, la ceinture de taille aurait le mérite de s’appuyer sur les hanches, pour une meilleure stabilité.

En conclusion, le port du sac à dos se doit d’être optimisé à plusieurs niveaux pour un meilleur confort et, par le fait même, une bonne posture. Le mieux, c’est d’opter pour le côté pratique, autant que pour le look!

Références :

Association des chiropraticiens du Québec Choisir le bon sac à dos?

Association des chiropraticiens du Québec Comment organisé son sac à dos?

Association des chiropraticiens du Québec Bien enfiler le sac à dos?

Association des chiropraticiens du Québec Ajuster le sac à dos?

Kinatex sport physio Comment bien choisir le sac à dos de son enfant?

Des postures plus douces pour notre colonne vertébrale et plus stimulantes pour notre cerveau!

Des postures plus douces pour notre colonne vertébrale et plus stimulantes pour notre cerveau!

Et oui dernièrement notre gentil « popotin » se retrouve pour la majorité de nous tous plus assis….et pauvre lui il ne sait plus toujours comment se placer, sur une fesse, sur l’autre, ou pire encore il se retrouve couché sur le divan tout croche!

Nous vous proposons des idées faciles et agréables qui pourront vous inspirer à adopter des postures douces pour votre colonne vertébrale et qui seront une stimulation pour votre cerveau!

Lire la suite…

Vous déménagez?

Vous déménagez?

La venue du 1er juillet, plusieurs déménagent!

C’est une période de l’année où il y a augmentation des gens qui consultent en chiropratique suite à des blessures qui auraient probablement pu être évitées.

Vous voulez rendre le tout agréable et vous éviter des souffrances inutiles?  Prenez le temps de lire la capsule santé de la semaine de l’Association des chiropraticien du Québec.  Celui-ci vous donnera de belles astuces afin de bien préparer votre corps.

Bon déménagement!

ARTHROSE ET ARTHRITE

ARTHROSE ET ARTHRITE

Contrairement aux croyances populaires, l’arthrose ne touche pas uniquement les personnes qui avancent en âge.  Bien sûr, elles y sont plus vulnérables, mais tout le monde peut en souffrir.  Pourquoi?  Comment donc le définir et surtout, comment la prévenir?

ARTHROSE ET SUBLUXATION VERTÉBRALE

L’arthrose est un signe clinique de la présence d’une subluxation (mauvais alignement ou mauvais mouvement d’une articulation).  La subluxation occasionne une mauvaise coordination entre les systèmes nerveux, musculaire et articulaire.  La présence d’une subluxation peut d’ailleurs favoriser la progression de la dégénérescence de la région affectée.  L’arthrose est plus spécifiquement l’usure des articulations qui peut causer des douleurs.  Le tissu qui recouvre les surfaces articulaires – le cartilage – s’amincit et se fissure avec le temps.  Le stress supporté par l’articulation augmente à mesure que le cartilage disparaît, d’où l’apparition de douleurs.  Votre chiropraticien vous aidera à soulager vos douleurs.

FACTEURS DÉCLENCHEURS

Bien que les personnes âgées soient plus vulnérables à l’arthrose, tout le monde peut en souffrir.

En vieillissant, le cartilage des articulations s’use et rend le corps plus vulnérables à ce type de pathologie.  L’arthrose peut également être due à des traumatismes accumulés (chutes, accidents mineurs, mauvaise posture, etc.).  Ceux-ci perturbent les mouvements normaux de certaines articulations et favorisent le développement d’une usure localisée.

Saviez-vous qu’une blessure non traitée à temps cause un affaiblissement des cartilages, des ligaments et des capsules impliqués dans l’accident?  Étant donné que cela rend les articulations plus vulnérables, le corps compense en produisant des tissus cicatriciels au lieu de se réparer grâce aux tissus normaux.  Résultat: arthrose, que l’on ait 15, 30, 55 ou 80 ans!

Outre l’âge, l’arthrose pourrait être due au bagage génétique, à un surpoids qui exerce un stress plus important sur les articulations (hanche, genoux, etc.) ou encore à des lésions causées par une surutilisation des articulations par exemple.

IMPACTS DE L’ARTHROSE SUR LA SANTÉ

Chez bien des personnes touchées, aucun symptômes n’est apparent jusqu’à ce qu’une activité anodine ou un incident plus important agisse comme facteurs déclencheur.  Plus la condition est avancée, plus les symptômes et la douleur risquent d’être importants.  À long terme, l’espace articulaire peut totalement disparaître et les surfaces de l’articulation subiront une déformation.  D’autres symptômes, comme des raideurs, des engourdissements dans les jambes ou les bras et des spasmes musculaires chroniques peuvent être causés par la présence d’arthrose.

LE DIAGNOSTIC CHIROPRATIQUE

Le chiropraticien est un professionnel de la santé de premier contact: il peut donc être consulté à tout moment, sans avoir besoin d’être référé par un autre professionnel de la santé, outre les cas de CSST ou SAAQ.  Son expertise touche les systèmes nerveux, musculaire et squelettique.  De formation, il est apte à poser un diagnostic lui permettant de créer un programme de soins correspondant à votre condition physiques, à votre âge ainsi qu’à vos objectifs de santé visés.

N’hésitez donc pas à faire le bilan de votre état de santé avec votre chiropraticien.  Suite à un questionnaire, un examen physique et une évaluation radiologique, il sera en mesure de déterminer si vous souffrez d’arthrose.

SAVIEZ-VOUS QUE?

Le mot “chiropratique” provient du grec et signifie “fait avec les mains”.

La chiropratique centre sa philosophie, son art et sa science sur le maintien de l’homéostasie (équilibre) du corps humain et sur sa capacité innée de guérison naturelle.  Elle ne se concentre pas uniquement sur les symptômes ou la douleur, mais cherche à identifier et à soigner la cause du problème.

La chiropratique est fondée sur le fait scientifique suivant: le système nerveux impose son contrôle à toutes les cellules, tissus, organes et systèmes du corps.  Un dérangement à la colonne vertébrale peut causer des interférences sur le système nerveux et ainsi provoquer des problèmes au niveau de l’équilibre de santé du corps.

La chiropratique vise le recouvrement et le maintien de la santé globale humaine via l’interaction des systèmes nerveux, musculaire et squelettique.

 

 

Sources: Association des chiropraticiens du Québec | chiropratique.com